Ecrit par & déposé en vertu de Les colloques, Retours sur images.

« Le Bonheur »

Un droit, une quête ? Réalité» ou utopie ? »

Table ronde – Jeudi 28 novembre 2019 à 18 heures

Espace Mimont, 5 rue Mimont CANNES

 Le Bonheur !

Le mot le plus banal qui soit, prononcé cent fois par jour, machinalement …

Et pourtant, c’est un mot chargé d’espoir, de bonnes intentions, de bienveillance.

Reste à le définir ! Est-ce un état de grâce ? durable ou éphémère ?

Est-ce une affaire personnelle ? est-ce un mode de « vie ensemble » idéal ?

C’est un mot étrange, magique, incantatoire. Mais de quelles réalités nous parle-t-il ?

Nos intervenants, fins connaisseurs de l’histoire de l’humanité, de l’âme et du cerveau humains nous aideront à tenter de percer ce mystère.

Intervenants :

  • Professeur Henry de Lumley, Directeur de l’Institut de Paléontologie Humaine, Fondation Albert Ier de Monaco

      « Manifestation du bonheur chez l’homme préhistorique »

  • Paolo Morlacchetti, Pasteur de l’Eglise Protestante Unie de Nice

« Et si on trouvait le vrai bonheur ailleurs que dans le   bonheur ? » »

  • Pierre LEMARQUIS, Neurologue, musicologue

      « Les petits bonheurs d’aujourd’hui »

  • Ugo Bellagamba, Professeur d’Histoire du Droit et des Idées Politiques

             à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis – Auteur de Science Fiction

« De la cité idéale à la société malade. Le droit au bonheur n’est-il donc qu’une utopie ? »

  • Eve Depardieu & Claudine Lange, présentation et animation

Jeudi 28 novembre 2019 : « Le Bonheur, un droit, une quête ? Réalité ou utopie » » colloque à l’Espace Mimont.

§ Professeur Henry de Lumley, anthropologue, Directeur de l’INPH
§ Paolo Morlachetti, pasteur de l’église protestante unie de Nice
§ Professeur Pierre Lemarquis, neurologue, musicologue
§ Ugo Bellagamba, professeur de droit et des idées politiques à la Faculté de Nice Sophia Antipolis

 

 

Ecrit par & déposé en vertu de Retours sur images, Visites de musées et d’expositions.

Samedi 2 novembre à 14 heures 30
XXVème Biennale Internationale de céramique de Vallauris Création contemporaine et céramique.

Cette 25è édition de la Biennale dévoile les dernières tendances de la création céramique d’aujourd’hui et de demain à travers un parcours d’expositions :

  • §  A l’Eden, l’Italie, pays invité d’honneur , un partenariat avec le musée de Faenza
  • §  Au musée Magnelli, le concours lors duquel 20 pays ont présenté leurs œuvres
  • §  A la maison des quartiers, le Light A rt deNicola Bocchi
  • §  A l’Espace Grandjean, la céramique 3D,les Singularités évocatrices d’Olivier van Herpt

    Nous visiterons ces expositions avec notre conférencière habituelle, Céline Graziani, par ailleurs commissaire de cette Biennale, et nous cheminerons avec elle parmi tous les lieux d’expositions.

    Rendez-vous à 14 heures 15 devant l’entrée du Musée Magnelli, Place de la Libération à Vallauris
    Participation : membres 8 euros – non membres 12 euros

Ecrit par & déposé en vertu de Retours sur images, Visites de musées et d’expositions.

Jeudi 17 octobre à 15 heures
« De l’impressionnisme à Picasso, collection Nahmad»

Le musée Bonnard nous dévoile une sélection d’œuvres exceptionnelles de la fin du XIXe siècle à la première moitié du XXe siècle, issues de l’une des collections privées les plus prestigieuses au monde, la collection Nahmad.

Le parcours de l’exposition, présentée sur les 3 niveaux du musée, est organisé autour de grands noms de l’art moderne depuis les maîtres du Pré- impressionnisme et de l’Impressionnisme (Boudin, Monet, Renoir, Sisley, Degas, Zandomeneghi), jusqu’à Picasso, en passant par le Bonnard nabis, Toulouse-Lautrec, les Fauves (Marquet, Dufy), les cubistes (Braque, Gris), et l’École de Paris (Modigliani, Kisling, Pascin).

Les quarante œuvres, spécialement sélectionnées pour le musée Bonnard, soulignent de manière passionnante les liens de filiation entre les courants artistiques des différentes époques, tout en illustrant l’apport de chacun de ces artistes à l’histoire de l’Art.

Rarement exposées ensemble, ces œuvres nous permettent d’établir des liens ou des divergences avec Bonnard, ce qui nourrit une histoire qui s’est écrite entre 1870 et 1950 environ.

Attention : le groupe est limité à 20 personnes, inscription obligatoire MERCI Visite en compagnie de Fanny Lejay

Rendez-vous 14 heures 15 devant le Musée Bonnard
6, boulevard Sadi Carnot – Le Cannet Participation : membres 8 euros – non membres : 12 euros

Ecrit par & déposé en vertu de Retours sur images, Visites de musées et d’expositions.

Mardi 15 octobre à 15 heures
« Niki de Saint Phalle, de l’ombre à la lumière »

Née à Neuilly-sur-Seine en 1930 et décédée en 2002 en Californie, Niki

de Saint Phalle figure parmi les artistes les plus marquants du siècle

dernier. À la fois sculptrice, peintre, plasticienne et réalisatrice de films,

Niki de Saint Phalle a créé des œuvres iconiques qui ont marqué le grand

public mais également une jeune génération d’artistes qui se

revendiquent toujours de son héritage. Exposition articulée autour du

Centre d’art La Malmaison et de la Villa Domergue, en hommage au

caractère lumineux de cette artiste qui n’a jamais renié sa féminité.

Visite guidée et commentée par Numa Hambursin, commissaire de l’exposition

Rendez-vous devant la Malmaison à 14 heures 45 47, La Croisette – CANNES

Participation : 12 euros – 8 euros pour les membres de l’Académie Clémentine

Ecrit par & déposé en vertu de Retours sur images, Saison 2018 - 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir le programme ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du Romantisme à nos jours

Olivier CHARLIER, violon

Marika HOFMEYR, piano

 Programme

BEETHOVEN (1770-1827)

Sonate n°5 en fa majeur « Le Printemps » (op. 24)

Allegro – Adagio molto espressivo – Allegro molto – Rondo : Allegro ma non troppo

Première des sonates de Beethoven à compter 4 mouvements, achevée en 1801 et dédiée au comte Moritz von Fries, elle ne reçut le surnom de « Printemps » qu’après la mort de Beethoven, ce qui peut sembler assez juste, cette œuvre étant remplie d’allégresse et de joie printanière.     23’

PROKOFIEV   (1891-1953)

Cinq Mélodies pour violon et piano (op. 35a)

Andante – Lento, ma non troppo – Animato, ma non allegro – Allegretto leggero e scherzando – Andante non troppo

Transcrites pour violon et piano en 1925 par le compositeur, ces cinq mélodies furent écrites en 1920 en Californie pour la cantatrice Nina Kochitz qui les créa à New York en 1921, Prokofiev étant lui-même au piano.    12‘

Hendrik HOFMEYR (né en 1957)

ENDYMION AND THE MOON (CREATION MONDIALE)

Endymion and the moon est inspiré d’un mythe de l’antiquité grecque. La déesse de la Lune, Séléné, tombé follement amoureuse du berger Endymion endormi, persuada son père, Zeus de le maintenir éternellement dans cet état, afin qu’elle puisse lui rendre visite chaque nuit.

L’œuvre se compose de deux sections liées. La première, lente (Sognante e misteriose), commence par une introduction, avant que chacun des instruments annonce un thème. Leurs deux thèmes sont ensuite brièvement développés et entremêlés.    7‘

BRAHMS   (1833-1897)

Sonate n°3 en ré mineur (op. 108)

Allegro alla breve – Adagio – Un poco presto e con sentimento – Presto agitato

Achevée pendant l’été 1888 au bord du lac de Thun et dédiée par Brahms « à son ami Hans von Bülow », chef d’orchestre, pianiste et compositeur allemand.

Seule sonate de Brahms à compter quatre mouvements, c’est le temps de la maturité pour Brahms qui a alors 45 ans.    22’

Olivier CHARLIER, violon

Olivier Charlier s’est imposé comme un des principaux violonistes français de sa génération : 1er Prix du CNSM de Paris à 14 ans, lauréat dans la foulée de concours internationaux prestigieux, notamment Munich, Montréal, Sibelius à Helsinki, Jacques Thibaud à Paris, Indianapolis, Young Concert Artists New York., il fut pris spontanément sous l’aile de Nadia Boulanger, Yehudi Menuhin et Henryk Szeryng.

Il est alors invité par plus d’une cinquantaine d’orchestres français (Orchestre National de France, Orchestre de Paris, Philharmonique de Radio-France, Orchestre de l’Opéra…), ainsi que par de grandes formations internationales (London Philharmonic, BBC Philharmonic, Hallé Orchestra, CBSO Birmingham, Symphonique de Berlin, Orchestres des Radios de Hambourg, Saarbrücken, Orchestre de Chambre du Württemberg, Bayerische Rundfunk, Tonhalle de Zurich, Nederlands Philharmonisch, Résidence de la Haye, Monte-Carlo, Prague, Zagreb, New-York, Pittsburgh, Montréal, Québec, Mexico, Tokyo, Beijing, Sydney, entre autres.

Son parcours discographique comprend un large répertoire de concertos : Dutilleux (L’arbre des songes), Lalo, Saint-Saens, Mendelssohn, Mozart, Vivaldi; mais aussi Edward Gregson, Gerard Schurmann, Marius Constant ou Cyril Scott. En sonate il a gravé de nombreuses œuvres françaises avec le pianiste Jean Hubeau (Franck, Debussy, Saint-Saëns, Pierné, Vierne), et avec Brigitte Engerer : Beethoven, ainsi que les intégrales Schumann et Grieg. Son trio Owon (avec Emmanuel Strosser et Sung-Won Yang) va fêter ses dix ans, et possède aussi un bel éventail discographique : Schubert, Dvorak, Beethoven (l’intégrale), Messiaen (Quatuor pour la fin du temps) et à paraître : Tchaikowsky, Chostakovitch et Weinberg.

Olivier Charlier enseigne le violon au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, ou il a succédé à son professeur Pierre Doukan en 1992.

Marika HOFMEYR, piano

Marika HOFMEYR est originaire du Cap en Afrique du Sud. Elle commence le piano dès l’age de cinq ans, sous la tutelle de sa mère Nancy, puis sous celle du pianiste américain Lamar CROWSON.

Son talent lui vaut une bourse d’études au Mozarteum de Salzbourg où elle se spécialise en musique de chambre avec Erika FRIESER et accompagnement du Lied avec Paul SCHILHAWSKY.

En 1986, elle obtient son Kammermusikdiplom avec les félicitations du Jury et remporte à Vienne le Prix pour un achèvement artistique remarquable remis par le Ministère Autrichien de la Recherche et des Universités.

En 1990, Marika choisit de poursuivre sa carrière en France où elle se consacre à la musique de chambre et à l’enseignement.

Professeur de piano et de musique de chambre au Conservatoire de Grasse, elle se produit en soliste et en sonate avec des artistes internationaux, tel Olivier CHARLIER, Marc DROBINSKY, Michel LETHIEC, Philippe BERNOLD, en France, en Autriche, en Angleterre, aux Etats-Unis, au Japon, en Afrique du Sud.

Elle a réalisé de nombreux enregistrements radiophoniques et a gravé quatre disques compacts dont une monographie inédite de René Maillard, sortie chez Triton en 2019. En 1992, elle a été nommée Lauréate de la Fondation Menuhin et en 1996 remporte à New York avec le Trio Cavatine le premier prix au concours de musique de chambre de l’American Flautist Association.

Depuis 2000, elle joue avec les solistes de l’Orchestre Régional Provence Alpes Côte d’Azur et tient occasionellement la partie de clavier du même orchestre. Récemment, elle était co-soliste au Musikverein à Vienne avec le trompettiste Gàbor BOLDOCZKI dans le Concertino pour trompette de JOLIVET. Dans son répertoire de chambriste, elle tient à cœur de faire découvrir de la musique moins connue, parfois contemporaine ou sud-africaine et a pris part à plusieurs créations mondiales.

Hendrik HOFMEYR (né en 1957)

Hendrik Hofmeyr est né au Cap en 1957. Il a connu son premier succès en tant que compositeur en 1988 avec La chute de la maison Usher (The fall of the house of Usher – Edgar Allan Poe), jouée au Théâtre National.

Cette œuvre remporta le Concours d’Opéra d’Afrique du Sud ainsi que le Prix d’Opéra de Nederburg.

La même année, Hofmeyr, qui poursuivait ses études en Italie où il s’était volontairement exilé pour objection de conscience, obtint le premier prix dans un concours international récompensant une musique composée pour un court métrage de Wim Wenders.

En 1992, il accepte un poste de Maître de conférences à l’Université de Stellenbosch. En 1997, iil remporte deux compétitions internationales : le prestigieux concours Reine Elisabeth de Belgique (avec Raptus, pour violon et orchestre) et le concours Dimitri Mitropoulos à Athènes (avec Byzance pour voix haute et orchestre, sur un texte de William Butler Yeats).

Incantesimo, composition pour flûte, fut choisie pour représenter l’Afrique du Sud lors du congrès des Sociétés Internationales de Musique Contemporaine en Croatie en 2005

En 2008, il eut l’honneur de se voir attribuer un Kanna Awards lors du Kleinkaroo National Arts Festival.

Les Eléments, sa deuxième Symphonie, reçut le prix UCT des arts créatifs en 2018.

Hendrik Hofmeyr, dont l’œuvre comprend plus de 120 commandes, est actuellement professeur titulaire de la chaire de composition et théorie musicale à l’Université du Cap là même où il obtint son doctorat en 1999.

 

Ecrit par & déposé en vertu de Les colloques, Retours sur images.

Samedi 28 septembre 2019 : « André Malraux, ministre des Affaires culturelles, 1959- 1969 » Colloque au théâtre Alexandre III à Cannes, hommage à ce ministre visionnaire, interventions de

§ Pierre Coureux, Président des Amitiés Internationales André Malraux

§ Sophie Doudet, maitre de conférence à Sciences Po, auteur d’une biographie de Malraux (Gallimard)

§ Yves Le Jariel, spécialiste de la période indochinoise de Malraux qu’il mettra en rapport avec son futur ministère

§ Isabelle Maeght, petite-fille d’Aimé et Marguerite Maeght, administratrice de la Fondation Maeght,

§ Numa Hambursin, Directeur du PAMoCC.

Ecrit par & déposé en vertu de Retours sur images, Visites de musées et d’expositions.

Samedi 21 septembre 2019 : en compagnie des Amis des Archives de Cannes : journée sur l’île de Porquerolles, visite de la Fondation Carmignac
Inscriptions dès maintenant : montant 57 euros tout compris (autocar, bateau, visite accompagnée par une conférencière de la Fondation) – 60 euros pour les non-membres.

Le déjeuner est laissé libre.

Ecrit par & déposé en vertu de Divers, Retours sur images.

Mercredi 26 juin à 19 heures : Gala Clémentine

« L’univers des diamants, de la roche brute à la magie de la pierre taillée »

Conférence avec projection par Michel Schneider

Bijoutier, joaillier, créateur de bijoux

Michel Schneider se propose de nous entrainer dans l’univers des diamants :

§ Leur formation, il y a des milliers d’années, dans les profondeurs de la terre. § Leur extraction, leur façonnage depuis la roche brute.
§ La magie de la pierre taillée.
§ La détermination de la valeur d’un diamant.
§ Le contrôle de leur prix et de leur vente.

Quelques diamants parmi les plus célèbres du monde.

Une conférence qui va nous faire rêver !

La soirée se déroulera à la Villa Véra

51, avenue de Vallauris à Cannes
(coin avenue de Saissy, entrée par le n° 1 avenue de Saissy)

Apéritif, conférence/projections et dîner – participation : 40 euros

(chèque à donner avec l’inscription avant le 20 juin, merci)